Camouflet pour les chasseurs qui ont voulu “tuer” la démocratie

Camouflet pour les chasseurs qui ont voulu “tuer” la démocratie

Témoins d’un “rejet croissant de la chasse” et soucieux de soigner auprès du grand public une image édulcorée de leurs macabres activités, les chasseurs ont vu leur scandaleuse demande d’interdiction des consultations publiques déboutée par la justice… Et pan !  

Quand la vérité dérange et que les opinions divergentes aux siennes dominent le débat public, quoi de mieux que de faire taire l’opposition en lui retirant la liberté d’expression ? C’est précisément ce qu’a cherché à faire la Fédération nationale des chasseurs, en demandant une réforme du dispositif réglementaire encadrant les consultations publiques en matière environnementale, un outil “démocratique” qui permet depuis 2013 à tout citoyen de donner son avis sur tout projet de loi ou d’arrêté susceptible d’impacter l’environnement.  

Ces consultations ne sont certes que consultatives, comme leur nom l’indique, mais elles permettent aux associations de protection de la nature comme l’ASPAS d’alerter sur des prises de décisions néfastes pour la faune ou la flore, et de mobiliser massivement les citoyens autour de causes nobles et de situations d’injustice envers la faune sauvage. Et parfois, ça marche : qu’on se souvienne de la préfecture de la Haute-Savoie en 2019 qui a fini par limiter la chasse d’été des chevreuils, ou de celle de l’Ardèche qui a réduit la période complémentaire de déterrage des blaireaux en 2022 !   

Côté chasseurs, la stratégie ces dernières années a été d’appeler eux aussi à une mobilisation géante de leurs troupes pour tenter de remporter la bataille de l’opinion, et ainsi reverdir leur image quelque peu écornée. En vain : 9 fois sur 10, une majorité de Français exprime une forte opposition aux projets de lois et arrêtés pro-chasse, comme en témoigne la récente grande consultation publique très médiatisée lancée en marge de la nouvelle liste triennale des “espèces susceptibles d’occasionner des dégâts” (70% d’opposants).   

Les chasseurs perdent continuellement la bataille de l’opinion, et maintenant ils ont perdu la bataille en justice : le Conseil d’État, le 28 juillet 2023, a rejeté leur demande de réforme des consultations publiques. 

Pour plus de détails sur cette décision, voir cet article publié le 25 août par le site actu-environnement.com.  

Photo d’en-tête © Pierre Gleizes

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]