Braconnage des ortolans : La France bientôt condamnée !

Braconnage des ortolans : La France bientôt condamnée !

Pour la troisième fois, la France se trouve menacée d’une condamnation par la Cour européenne de justice, avec à la clé une très forte amende et des astreintes journalières très élevées. Motif : sa complicité envers le braconnage des bruants ortolans. Lassée par la mauvaise foi manifeste de nos différents gouvernements à protéger cet oiseau menacé, l’ASPAS fournit des arguments à l’Europe.

Le 25 janvier dernier, la Commission Européenne a fait parvenir une mise en demeure aux autorités françaises au motif qu’elles ne luttent pas contre le braconnage et le trafic très lucratif du bruant ortolan (Emberiza hortulana). Cet oiseau qui pèse de 20 à 27 grammes, est un grand migrateur. Piégé dans les Landes, il arrive du nord de l’Europe pour aller hiverner en Afrique tropicale. Il a besoin de milieux semi-ouverts pour se reproduire. Mais la transformation des milieux agricoles, un peu partout en Europe, a considérablement fait chuter sa population au cours des dernières décennies.

Cependant, depuis plusieurs années et à la demande de quelques élus influents, une tolérance totalement illégale, permet aux braconniers landais de capturer vivant ce migrateur lors de son long voyage. Tous les pauvres oiseaux attrapés sont ensuite engraissés pendant trois à quatre semaines, dans le noir complet, pour être finalement noyés dans un verre d’Armagnac. Puis ils seront vendus environ 100 € pièce à des restaurateurs ou autres réseaux qui alimenteront, pour bien plus cher encore, les tables des plus fortunés. Enfin, ces oiseaux seront avalés entiers dans un pseudo-rituel ridicule.

En 1988, la France avait déjà été condamnée pour la non protection de l’ortolan. Mais depuis rien n’a changé. En 1999, devant la mauvaise foi avérée de la France, une nouvelle condamnation est prononcée, avec cette fois une astreinte de 142 425 € par jour !

Le bruant ortolan est alors officiellement protégé en France. Officiellement, mais pas sur le terrain. Il est de notoriété publique qu’il existe un pacte de tolérance entre la fédération des chasseurs des Landes et les autorités françaises, qui « autorisent » les braconniers à tendre leurs matoles (pièges supposés traditionnels). Quelque 50 000 ortolans seraient ainsi braconnés chaque année dans ce département, soit 10 fois plus que la population totale de l’espèce en Allemagne, Hollande et Belgique réunies !

Face à cette situation inadmissible, l’ASPAS a fourni à la Commission Européenne les éléments nécessaires à une saisine de la Cour Européenne de Justice. Celle-ci ne manquera pas de sanctionner très fermement la France à cause de sa volonté manifeste de contourner les droits français et européen, et de faire fi de ses deux condamnations.

L’ASPAS se félicite de la mobilisation des associations de protection de la nature qui se sont déjà investies, chacune à leur façon, dans ce très difficile dossier (LPO, SEPANSO).

L’ASPAS en appelle à la ministre de l’Ecologie, au Premier ministre et au Président de la République pour qu’enfin cessent les captures illégales des ortolans (mais aussi des pinsons), et pour que les réseaux de leur commerce occulte soient une fois pour toutes démantelés.

À l’heure où notre pays traverse de graves crises écologique et économique, le gouvernement français continuera-t-il à soutenir ce braconnage et ce commerce de nantis, au risque de verser à l’Union Européenne des amendes colossales, au frais de ses citoyens ?

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]