Bonne nouvelle : les vipères deviennent espèces intégralement protégées !

Bonne nouvelle : les vipères deviennent espèces intégralement protégées !

L’arrêté de protection des reptiles et amphibiens du 8 janvier 2021 est une belle avancée pour la préservation de la biodiversité : toutes les espèces de serpents en France sont désormais intégralement protégées par la loi !

L’ASPAS avait appelé à participer à la consultation publique, en novembre 2019, concernant un projet d’arrêté fixant les modalités de protection des reptiles et amphibiens en France.

Nous alertions alors sur deux points de vigilance : le texte prévoyait des dérogations pour la pêche de deux espèces de grenouilles (pour faire plaisir aux « pêcheurs du dimanche »), et la destruction des vipères sous prétexte qu’elles sont dangereuses.

Grâce au dialogue mené par la Société herpétologique de France avec le ministère de l’Ecologie et à une forte mobilisation citoyenne et associative, la dérogation concernant la vipère aspic et la vipère péliade (deux espèces particulièrement menacées) a finalement été abandonnée dans le texte final, paru au Journal Officiel le 11 février 2021 : ces vipères rejoignent donc la liste des espèces intégralement protégées par la loi !

Un acte volontaire de destruction de vipère est donc désormais punissable de 3 ans de prison et 150 000 euros d’amende, alors que jusqu’à maintenant seule leur mutilation était interdite.

Concernant la Grenouille verte et la Grenouille rousse, leur protection intégrale devra encore attendre un peu, car ces espèces sont concernées par d’autres textes de lois.

L’ASPAS lance une étude sur les reptiles dans les Réserves de Vie Sauvage®

Cette bonne nouvelle intervient alors que l’ASPAS entame une nouvelle action de terrain pour la biodiversité. Afin d’améliorer les inventaires sur ses Réserves de Vie Sauvage® et de contribuer à l’effort de connaissance des reptiles en France, l’ASPAS s’inscrit en effet depuis 2021 dans le programme de récolte de suivi des populations POPReptile développé par six structures françaises et piloté par la Société Herpétologique de France (SHF). Plus d’informations prochainement !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]