Bilan des accidents de chasse saison 2018-2019 : 7 morts et des dizaines de blessés…

Bilan des accidents de chasse saison 2018-2019 : 7 morts et des dizaines de blessés…

L’état de siège enfin levé. Dans nos forêts et campagnes, entre monts et vallées, chaque année au retour du printemps c’est la même sensation de joie et de délivrance pour les ruraux et pour tous les amoureux de nature vivante : la fermeture annuelle de la chasse !

S’il n’y a eu « que » 7 morts humaines en cette saison de chasse 2018-2019 (du fait des armes), la presse s’est faite l’écho d’une bonne cinquantaine d’accidents corporels à travers le pays, dont plusieurs gravissimes, ainsi que des centaines « d’incidents », qui, un autre jour, auraient très bien pu allonger la liste mortuaire. Par exemple ce chasseur du Gers, samedi 21 février, qui explose la vitre arrière d’une voiture avec à son bord trois enfants ! Il visait un… sanglier. Ou encore ces surfeurs bretons en octobre 2018, qui ont vu du plomb passer à 50 cm de leur tête – les chasseurs tiraient à contre-jour !

Mais la presse ne relaie pas l’intégralité des accidents… Le bilan est en fait bien plus lourd, puisque selon l’ONCFS, le nombre total d’accidents de chasse relevés durant la saison s’élève à 131, en hausse par rapport à celui de la saison précédente (113 accidents).

Moins de chasseurs, moins de morts… mais toujours autant d’insécurité

Si beaucoup d’accidents concernent les chasseurs, des non-chasseurs sont aussi victimes de l’inconscience de certains porteurs d’armes qui, rappelons-le, ne sont soumis à aucun contrôle de santé ni test d’alcoolémie sur le terrain. La mort d’un vététiste britannique, dans les Alpes le 13 octobre, a eu un retentissement international. Mais les accidents graves ont aussi lieu en zone urbaine : en octobre, c’est une fillette qui a été victime d’une balle, alors qu’elle pique-niquait tranquillement en famille à Limoges au bord de la Vienne ! Quant aux balles perdues, cette année elles ont encore atteint plusieurs murs de salons, un supermarché, des voitures… et même un siège de TGV !

A quand une réforme courageuse de la chasse ?

Au vu de ce nouveau bilan peu glorieux, l’ASPAS réitère sa demande auprès de l’État d’engager une vraie réforme de la chasse (contrôles d’alcoolémie, interdiction de chasser le dimanche, …), une évolution a minima de ce loisir si critiquable.

Signez la pétition

Dernières actualités

21.03.2023

Parole de chasseurs : “Couper des arbres pour protéger les animaux” !

C’est un courrier pour le moins assez hallucinant qu’a reçu Annie*, sympathisante de l’ASPAS et propriétaire de plusieurs parcelles de forêt en Haute-Savoie : en février 2023, l’association de chasse locale lui demande expressément l’autorisation de créer sur ses terrains des “zones de refuge” pour favoriser la reproduction des animaux qui seraient dérangés par les […]

16.03.2023

Une 2e journée mondiale pour les blaireaux !

Après le succès de la 1re édition, l’ASPAS propose de remettre les blaireaux, les blairelles et les blaireautins à l’honneur, le 15 mai 2023 ! Envie de prendre part à cette 2e Journée Mondiale, placée sous l’angle de la sensibilisation ? Partagez votre évènement via notre formulaire en ligne. Un an après, ils n’ont toujours […]

14.03.2023

Et si vous créiez votre propre réserve naturelle ?

Vous en entendez parler depuis quelque temps déjà… Ils sont enfin là les Havres de Vie Sauvage®, les petits frères de nos grandes Réserves de Vie Sauvages® !   Ce jeudi 9 mars, après avoir longtemps mûri le projet, l’ASPAS lance un nouveau programme de réserves naturelles vraiment naturelles, pour tous les propriétaires fonciers qui veulent garantir à leurs terrains une protection sur le long terme, grâce au dispositif foncier ORE (Obligation réelle […]

07.03.2023

Pas de répit pour les sangliers en mars

Chasser les sangliers jusqu’au 31 mars, c’est possible dans une très large majorité de départements depuis l’entrée en vigueur du décret n°2020-59, publié le 29 janvier 2020… Avec ça et l’ouverture anticipée de la chasse le 1er juin, les sangliers sont donc persécutés par le loisir de la chasse 10 mois sur 12. Et rien […]

03.03.2023

La menace “ESOD” pèse toujours sur le putois…

Le putois d’Europe va mal. Depuis les années 70 sa population est en déclin. En cause : la disparition des zones humides, des haies, l’augmentation des grandes cultures intensives, la densification du réseau routier, entres autres. Mais aussi, en France, le piégeage et la chasse… En juillet 2021, l’ASPAS et d’autres associations ont remporté une […]