Annulation de l’arrêté delphinarium : les ONG en appellent au ministre Nicolas Hulot

Annulation de l’arrêté delphinarium : les ONG en appellent au ministre Nicolas Hulot

Par décision du 29 janvier 2018, le Conseil d’État vient d’annuler l’arrêté « Delphinarium » de Ségolène Royal du 3 mai 2017, pour des motifs de procédure irrégulière. La Fondation Droit Animal, Éthique et Sciences (LFDA), l’association C’EST ASSEZ ! et l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), déplorent cette décision, à l’heure où de plus en plus de voix s’élèvent contre les spectacles avec animaux sauvages. Par la voix de leur avocat, elles avaient pris la défense de ce texte lorsque celui-ci avait été contesté par les delphinariums devant le Conseil d’État.

Le Conseil d’État a fondé sa décision sur le fait que « l’arrêté attaqué a été pris au terme d’une procédure irrégulière ». En effet, le Conseil National pour la Protection de la Nature, le Conseil Supérieur de la Prévention des Risques Technologiques et le public avaient répondu favorablement à la consultation préalable à la rédaction de l’arrêté. Mais ces consultations avaient porté sur une version qui a été ultérieurement modifiée par la ministre. La première version soumise à consultation prévoyait seulement la fin de la reproduction des orques ; la seconde ajoutait l’interdiction de reproduction des dauphins et donc l’arrêt à terme de l’activité des delphinariums. Il y a eu un vice de procédure sur quoi s’est fondé l’argumentaire des delphinariums.

La décision du Conseil d’État ne concerne en rien les avancées prévues par le texte en faveur du bien-être des cétacés : augmentation du volume des bassins, mise en place de zone d’ombre, enrichissement du milieu de vie, interdiction de l’utilisation de produits chlorés, arrêt des spectacles de nuit et des contacts directs entre public et animaux. L’annulation de l’arrêté de 2017 remet en vigueur celui de 1981, considéré comme obsolète par toutes les parties prenantes.

Les delphinariums vont être indemnisés à hauteur de 11 000 € par l’État au titre du code de justice administrative, un cadeau qui s’ajoute à la baisse de la TVA dont ils bénéficient depuis l’amendement panda voté dans le cadre de la loi de finance rectificative de décembre 2017.
La LFDA, C’EST ASSEZ !, l’ASPAS et d’autres organisations demandent à rencontrer M. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, favorable à l’interdiction des spectacles d’animaux sauvages*, pour discuter de cette décision et décider des suites à lui donner.
* « Je ne suis pas favorable à la captivité des animaux, pas favorable à l’idée que l’on fasse du spectacle avec cette activité là » – France Inter, 02/08/2017.

Dernier articles de presse

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]

27.09.2022

Pétition contre le déterrage au Sénat : nous demandons neutralité et transparence !

Communiqué de presse du 27 septembre 2022 Le 21 septembre, le Sénat a pris acte du succès de la pétition « Pour l’interdiction du déterrage des blaireaux » déposée par l’ASPAS en mars dernier signée par 104 745 citoyens et soutenue par de nombreuses associations. La balle est maintenant dans le camp de la Commission des affaires […]