A Noirmoutier, le 3 août : l’océan, le Polder, les oiseaux… et les fusils !!

A Noirmoutier, le 3 août : l’océan, le Polder, les oiseaux… et les fusils !!

Quel point commun entre le courlis cendré, la bécassine sourde, l’eider à duvet, la macreuse noire, l’oie des moissons ou encore le garrot à œil d’or ? Ils font la richesse la biodiversité avifaunique française. Mais biodiversité bien trop diverse, visiblement, pour les “premiers écologistes de France”, qui cherchent à obtenir le droit de les abattre sur l’île de Noirmoutier dès le… 3 août 2019 !

Alors que les arrêtés préfectoraux vont souvent dans le sens des chasseurs, avec des prolongations et des dérogations à tout va, la Vendée avait pris l’habitude de retarder l’ouverture de la chasse au “gibier d’eau” à fin août, pour des raisons de sécurité (évidentes). Du simple bon sens, en plein cœur des vacances d’été, période la plus touristique de l’année, sur une île qui abrite l’une des plus belles Réserves Naturelles de France… On se demande donc bien pour quelle raison la préfecture souhaite avancer de 3 semaines, en 2019, ce “ball trap” estival !

Il n’est pas très connu du grand public, mais en dehors des dates officielles de la saison de chasse qui peuvent différer selon les départements (en gros, du 15 septembre au 28 février), un arrêté ministériel du 24 mars 2006 fixe les dates de la chasse maritime et des oiseaux migrateurs. Ainsi, ce sont plus de 35 oiseaux d’eau qui peuvent être tirés dès le premier samedi du mois d’août dans de nombreux territoires du pays !

Dites NON à ce projet d’arrêté !

Une consultation publique est ouverte jusqu’au 30 avril. Pour participer, écrivez à pref-participationdupublic@vendee.gouv.fr pour exprimer votre incompréhension et votre mécontentement !

Vous pouvez notamment soulever les arguments liés :

  • à la sécurité publique, visiblement moins prioritaire que le souci de satisfaire un loisir mortifère,
  • à la nécessité d’interdire la chasse du courlis cendré, espèce dont la chasse a été suspendue par un moratoire qui s’applique uniquement en dehors des zones maritimes, soit sur des espaces… qu’elle ne fréquente quasiment pas !
  • à la perturbation que ces tirs occasionnent pour d’autres espèces, dont certaines sont protégées, en pleine période de reproduction ou de dépendance des juvéniles.

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]