A Noirmoutier, le 3 août : l’océan, le Polder, les oiseaux… et les fusils !!

A Noirmoutier, le 3 août : l’océan, le Polder, les oiseaux… et les fusils !!

Quel point commun entre le courlis cendré, la bécassine sourde, l’eider à duvet, la macreuse noire, l’oie des moissons ou encore le garrot à œil d’or ? Ils font la richesse la biodiversité avifaunique française. Mais biodiversité bien trop diverse, visiblement, pour les “premiers écologistes de France”, qui cherchent à obtenir le droit de les abattre sur l’île de Noirmoutier dès le… 3 août 2019 !

Alors que les arrêtés préfectoraux vont souvent dans le sens des chasseurs, avec des prolongations et des dérogations à tout va, la Vendée avait pris l’habitude de retarder l’ouverture de la chasse au “gibier d’eau” à fin août, pour des raisons de sécurité (évidentes). Du simple bon sens, en plein cœur des vacances d’été, période la plus touristique de l’année, sur une île qui abrite l’une des plus belles Réserves Naturelles de France… On se demande donc bien pour quelle raison la préfecture souhaite avancer de 3 semaines, en 2019, ce “ball trap” estival !

Il n’est pas très connu du grand public, mais en dehors des dates officielles de la saison de chasse qui peuvent différer selon les départements (en gros, du 15 septembre au 28 février), un arrêté ministériel du 24 mars 2006 fixe les dates de la chasse maritime et des oiseaux migrateurs. Ainsi, ce sont plus de 35 oiseaux d’eau qui peuvent être tirés dès le premier samedi du mois d’août dans de nombreux territoires du pays !

Dites NON à ce projet d’arrêté !

Une consultation publique est ouverte jusqu’au 30 avril. Pour participer, écrivez à pref-participationdupublic@vendee.gouv.fr pour exprimer votre incompréhension et votre mécontentement !

Vous pouvez notamment soulever les arguments liés :

  • à la sécurité publique, visiblement moins prioritaire que le souci de satisfaire un loisir mortifère,
  • à la nécessité d’interdire la chasse du courlis cendré, espèce dont la chasse a été suspendue par un moratoire qui s’applique uniquement en dehors des zones maritimes, soit sur des espaces… qu’elle ne fréquente quasiment pas !
  • à la perturbation que ces tirs occasionnent pour d’autres espèces, dont certaines sont protégées, en pleine période de reproduction ou de dépendance des juvéniles.

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]