Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec cette jurisprudence renforcée, notre association a bon espoir d’obtenir un changement législatif qui permette d’interdire cette pratique barbare, sinon de la limiter très fortement. C’est en ce sens qu’une pétition officielle a été lancée sur le site du Sénat, avec l’objectif d’atteindre les 100 000 signatures d’ici le 30 septembre.

Suite à une série de recours en justice qui ont porté leurs fruits, l’ASPAS a contraint les chasseurs de déposer leurs pelles et pioches cette année dans la Somme, en Charente, dans les Ardennes, dans l’Aube et dans l’Orne : cinq victoires remportées en compagnie de l’association AVES qui auront permis de sauver de nombreux blaireaux.

Par ailleurs, trois autres décisions de justice en faveur de l’ASPAS ont permis d’annuler a posteriori des arrêtés préfectoraux dans le Loir-et-Cher, en Ille-et-Vilaine et en Meurthe-et-Moselle, renforçant ainsi la jurisprudence accumulée ces dernières années. 

Le déterrage, une chasse cruelle par tradition

La France est l’un des derniers pays d’Europe à autoriser la chasse par déterrage, aussi appelée “vénerie sous terre”, une pratique particulièrement cruelle et non sélective, qui consiste à envoyer des petits chiens dans les terriers de blaireaux pour les acculer, de creuser la terre parfois pendant des heures, puis d’extirper les animaux de leur abri à l’aide de grandes pinces avant de les abattre. 

Cette chasse, pratiquée de septembre à janvier, est aussi possible dès le 15 mai, sur simple décision de la préfecture : on parle de période complémentaire de vénerie sous terre. Les huit victoires concernent précisément cette période.

Des jeunes blaireaux encore dans les terriers

Compte-tenu de la complexité du cycle de reproduction des blaireaux, il est fréquent que des blaireautins encore dépendants de leur mère soient victimes de la vénerie sous terre. Plusieurs exemples d’orphelins recueillis par des centres de soin en plein milieu de l’été le confirment.

 

La vénerie sous terre a non seulement une incidence sur les blaireaux, premiers concernés, mais aussi sur d’autres espèces, parfois protégées : en effet, il est démontré que les blaireautières peuvent être utilisées par des chats forestiers, des chauve-souris, des loutres, ainsi que diverses espèces d’amphibiens et de reptiles.

Une jurisprudence porteuse d’espoir

Pour Me Coline Robert et Me André Rigal-Casta, du cabinet GéoAvocats qui a représenté l’ASPAS et AVES au tribunal pour les 5 victoires en référé suspensif, “La reconnaissance par les juges de l’incompatibilité de la vénerie sous terre avec la protection légalement accordée aux petits blaireaux est une avancée majeure. Il en va de même de l’absence de dégâts importants en lien avec l’espèce. Ceux-ci ne sont jamais attestés par la moindre preuve et les juges sont de plus en plus enclins à le constater. Ces éléments fragilisent les motivations derrière cette pratique, déjà scientifiquement remise en cause.” 

Une pétition au Sénat qui vise 100 000 signatures

L’ASPAS, qui est à l’initiative de la toute première Journée Mondiale des Blaireaux le 15 mai dernier, a lancé une pétition sur le site du Sénat pour demander l’interdiction définitive de la vénerie sous terre. Elle doit atteindre les 100 000 signatures avant le 30 septembre 2022 pour que sénateurs décident d’y donner suite. Plus d’informations sur cette initiative à lire ici  

Contact : presse@aspas-nature.org
07 67 36 22 90 / 06 79 44 61 17

© Photo d’en-tête : Fabrice Cahez

Dernier articles de presse

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]