71 % des Français considèrent qu’il faut laisser la nature se développer

71 % des Français considèrent qu’il faut laisser la nature se développer

Laisser la nature se développer, même si cela peut poser des problèmes pour les activités humaines, est une idée partagée par 71% des Français sondés dans le cadre d’une enquête statistique commandée par le Ministère de la Transition écologique, publiée le 7 octobre dernier. Multiplier les Réserves de Vie Sauvage® de part et d’autre du pays et du monde, quelle belle idée !

Parmi les 29% qui estiment que la nature doit au contraire être dominée par l’homme, 60% d’entre eux pensent également que l’érosion de la biodiversité n’aura pas d’effet sur leur vie quotidienne. Ces 29% sont composés d’exploitants agricoles (50 %), de chasseurs (41 %), d’éleveurs et de sylviculteurs (36 %). Cette primauté des activités humaines est également plus fréquente chez les enquêtés les plus aisés, les plus diplômés et les plus âgés.

Cette enquête (consultable ici) révèle à quel point les Français de 2020 ont pris conscience de la gravité de la surexploitation des milieux naturels par les activités humaines, et du besoin de protéger ce qui peut encore l’être.

Par ailleurs, l’IPBES vient de publier un rapport de synthèse sur le lien entre pandémies et biodiversité montrant que plus la biodiversité est foisonnante, plus les humains sont protégés des zoonoses. Chasse, trafic d’animaux sauvages, exploitation forestière et élevage intensif étant les principales causes de déclin de cette biodiversité qui nous protège et nous permet de vivre.

Cette courte animation didactique permet de comprendre les enjeux avec beaucoup de clarté : https://twitter.com/ipbesfr/status/1319903957070704643

Alors que la France entre dans son 2e confinement, et que la pandémie du Covid 19 continue de faire des ravages dans le monde entier, sachons prendre dès maintenant les bonnes mesures pour respecter le vivant sous toutes ses formes. Il en va de notre propre survie !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]