71 % des Français considèrent qu’il faut laisser la nature se développer

71 % des Français considèrent qu’il faut laisser la nature se développer

Laisser la nature se développer, même si cela peut poser des problèmes pour les activités humaines, est une idée partagée par 71% des Français sondés dans le cadre d’une enquête statistique commandée par le Ministère de la Transition écologique, publiée le 7 octobre dernier. Multiplier les Réserves de Vie Sauvage® de part et d’autre du pays et du monde, quelle belle idée !

Parmi les 29% qui estiment que la nature doit au contraire être dominée par l’homme, 60% d’entre eux pensent également que l’érosion de la biodiversité n’aura pas d’effet sur leur vie quotidienne. Ces 29% sont composés d’exploitants agricoles (50 %), de chasseurs (41 %), d’éleveurs et de sylviculteurs (36 %). Cette primauté des activités humaines est également plus fréquente chez les enquêtés les plus aisés, les plus diplômés et les plus âgés.

Cette enquête (consultable ici) révèle à quel point les Français de 2020 ont pris conscience de la gravité de la surexploitation des milieux naturels par les activités humaines, et du besoin de protéger ce qui peut encore l’être.

Par ailleurs, l’IPBES vient de publier un rapport de synthèse sur le lien entre pandémies et biodiversité montrant que plus la biodiversité est foisonnante, plus les humains sont protégés des zoonoses. Chasse, trafic d’animaux sauvages, exploitation forestière et élevage intensif étant les principales causes de déclin de cette biodiversité qui nous protège et nous permet de vivre.

Cette courte animation didactique permet de comprendre les enjeux avec beaucoup de clarté : https://twitter.com/ipbesfr/status/1319903957070704643

Alors que la France entre dans son 2e confinement, et que la pandémie du Covid 19 continue de faire des ravages dans le monde entier, sachons prendre dès maintenant les bonnes mesures pour respecter le vivant sous toutes ses formes. Il en va de notre propre survie !

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]