3000 renards menacés de mort dans l’Oise !

3000 renards menacés de mort dans l’Oise !

Après avoir honteusement signé pas moins de 8 arrêtés illégaux de destruction de renards dans son département, finalement retirés sous la pression de nos associations (lire ici), la Préfète de l’Oise revient à la charge avec un nouveau projet anti-renards encore plus destructeur !

Cette fois-ci, le texte n’a pas été publié en catimini puisque le projet est annoncé sur le site de la Préfecture. Par contre, aucune indication n’est donnée au public pour l’envoi des réponses à la consultation publique ! Un acte manqué ?

Au total, ce sont 3000 renards qui pourraient être abattus jusqu’au 31 mars 2021, par 15 lieutenants de louveterie (200 par chasseur !) à travers tout le département, « soit sous forme de chasses ou de battues administratives, soit individuellement, soit par des tirs à l’affût, soit par des tirs de nuit à l’affût avec utilisation de sources lumineuses ».   

Au menu des motifs pour justifier une telle tuerie, toujours les mêmes arguments pro-chasse sans aucune teneur scientifique :

  • La population de renards serait « importante » dans l’Oise ;
  • Les renards s’attaqueraient au « petit gibier », empêchant ainsi les chasseurs de jouir pleinement de leur loisir sanguinaire (faisans, perdrix, cailles, lièvres, lapins …) ;
  • Les renards seraient porteurs de maladies…

On trouve aussi deux nouvelles petites pépites :

  • Puisque la chasse de « petit gibier » était interdite pendant le confinement du printemps 2020, cela aurait engendré “le développement du renard” ;
  • Réguler les renards serait un moyen de lutter contre la maladie de Lyme (!)

Vous avez jusqu’au 23 août pour participer à la consultation publique ! Faute d’indication fournie par la Préfecture, vous pouvez tenter d’écrire à l’adresse ddt-seef-cf@oise.gouv.fr

Quelques réflexions pour vous aider à formuler vos réponses :

Si les chasseurs détestent à ce point les renards, c’est parce qu’ils les accusent de perturber leur funeste divertissement, celui qui consiste à prendre du plaisir à tirer sur des petits animaux (lapins, lièvres, faisans, perdrix…), souvent issus d’élevages. C’est en effet lorsqu’il y a des plans de « repeuplement de gibier » que les petits prédateurs ont le plus de soucis à se faire : les animaux élevés en captivité, habitués à être nourris par l’homme, ne sont pas adaptés à la vie sauvage lorsque les chasseurs les relâchent dans la nature… Pour optimiser leurs chances de survie, les chasseurs-piégeurs font ainsi un « nettoyage » de tout ce qui pourrait entraver leur divertissement.

Au nom de quel principe moral les chasseurs auraient-ils droit de vie et de mort sur la faune sauvage ? De plus, autoriser ces abattages c’est priver le reste de la population d’un droit à la contemplation. La contemplation d’une nature… vivante. Le plaisir du promeneur, ému de croiser la route de goupil en lisière d’un bois. Le plaisir d’un photographe, ravi de pouvoir assister à une séance de mulotage sur une prairie fraîchement fauchée.

Le renard est un animal territorial qui s’autorégule : un territoire libéré sera très vite occupé par un nouvel individu. A moins d’exterminer la totalité de la population, le renard trouvera toujours le moyen d’occuper de nouveau des espaces vacants. D’ailleurs, les chasseurs eux-mêmes commencent à comprendre que la pression de chasse ne fait pas diminuer les populations (lire à ce propos le Chasseur Français de juin 2021) !

Autoriser ces « destructions » supplémentaires de renards dans l’Oise est non seulement inutile, mais il s’agit aussi un non-sens écologique : si les chasseurs accusent les renards de voler « leur » petit gibier, les agriculteurs, eux, sont bien contents de bénéficier d’un dératiseur naturel ! On estime en effet qu’un seul renard peut chasser jusqu’à 6000 campagnols par an, des petits rongeurs susceptibles de détruire récoltes et herbages.

Le renard joue également un rôle sanitaire : volontiers charognard, il participe à l’élimination des animaux malades et des cadavres, évitant ainsi la propagation d’épidémies. De plus, une étude* a démontré que goupil freine l’expansion de la borréliose de Lyme en chassant les rongeurs qui transportent les tiques vectrices cette maladie.

* Levi et al., 2012

 

 

Dernières actualités

26.01.2023

Enfin une loi pour restreindre la chasse en enclos  !

Le 25 janvier 2023, la proposition de loi visant à limiter l’engrillagement des espaces naturels a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale. L’ASPAS, qui mène une campagne active contre la chasse en enclos depuis 2019, regrette que le texte ne vise pas le principe même d’autoriser la chasse sur des animaux maintenus en captivité, mais […]

20.01.2023

Réforme de la chasse ? Circulez, y’a rien à voir !

La réforme de la chasse tant attendue a accouché d’une souris. En lieu et place du dimanche sans chasse, le gouvernement propose une appli smartphone aussi inutile que bouffonne !

11.01.2023

Les actions phares de l’ASPAS en 2023

Cohabitation avec les loups, les ours ; accompagnement des maires contre les abus de la chasse ; mobilisation générale pour les “nuisibles”… Petit aperçu des combats que l’ASPAS va mener à vos côtés au cours de cette nouvelle année !  https://youtube.com/watch?v=vIodcPfORG0&si=EnSIkaIECMiOmarE Imaginez de vieilles forêts sauvages qui grouillent de vie, que de discrets humains viendraient […]

29.12.2022

Parole d’ex-chasseur : “Ils ont pollué la génétique des sangliers” 

C’est Michel qui le dit, ancien chasseur de petit gibier installé dans le Lot, pas loin de Calvignac où le jeune Morgan Keane a été tué, confondu avec la bête noire en décembre 2020, en plein confinement.   Michel s’exprime dans le cadre d’un reportage de France Inter, diffusé en 5 épisodes début décembre 2022, […]

26.12.2022

Une belle année de blaireaux ! 

Attention, ça décoiffe. Dans ce contexte si morose pour le vivant, l’ASPAS a accumulé les succès tout au long de l’année 2022, et nous n’allons pas nous priver de nous en vanter ! Petite rétrospective en texte et en images…