36 loups morts, ça suffit !

36 loups morts, ça suffit !

Loup-0004-110Le maximum de 36 loups susceptibles d’être abattus cette saison est déjà atteint, et leurs populations sont désormais en baisse. L’ASPAS demande l’arrêt immédiat des opérations de tirs, qui sont toujours en cours. L’ASPAS rappelle également, vidéos à l’appui, que beaucoup de troupeaux ne sont pas gardés, et que trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu.

Nous ne laisserons pas éradiquer une espèce protégée dans notre pays.

Les loups de France disparaissent peu à peu, mais les tirs se multiplient. Ils sont désormais autorisés à plusieurs milliers de chasseurs encouragés à tuer sans véritable formation, sans contrôle ni justification. En additionnant les morts non élucidées, le braconnage et les 28 tirs officiels, 36 loups sont déjà morts à notre connaissance. Les 35 associations réunies dans le collectif CAP Loup, dont l’ASPAS est cofondatrice, ont adressé ce jour un courrier à la ministre de l’Écologie demandant l’arrêt des tirs…

                                         

Or, nous rappelons que le chiffre de 36, déjà largement abusif, et décidé sans concertation avec le monde scientifique, est un plafond maximum et non un quota à atteindre absolument. C’est désormais chose faite. Et ce plafond maximum risque d’être encore revu à la hausse, avec l’ajout de 15 loups supplémentaires en projet.

Pour protéger les troupeaux, il ne faut pas tuer les loups à l’aveugle, il faut… protéger les troupeaux. La défense des brebis avec des clôtures et des chiens de protection est une condition légale obligatoire avant de s’en prendre à des loups qui persisteraient dans des attaques. Sur le terrain, malgré les millions d’euros de subventions accordées à leur métier, trop d’éleveurs ne jouent pas le jeu, et l’État ferme les yeux.

Nous demandons au monde politique l’arrêt du laxisme d’un côté, et l’arrêt de la violence anti-nature de l’autre. Nous demandons à l’État d’arrêter d’encourager la chasse aux loups plutôt que la cohabitation.

Voir les nouveaux épisodes Quand le berger n’est pas là, les brebis trinquent

Voir tous les épisodes

 

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]