1 500 blaireaux menacés d’abattage dans la Somme !

1 500 blaireaux menacés d’abattage dans la Somme !

La préfecture de la Somme publie son traditionnel projet d’arrêté pour autoriser des lieutenants de louveterie à “détruire” 1 500 blaireaux dans le département cet été – du 22 juin au 15 septembre 2019 (voir le détail ici).

Parmi les arguments mis en avant par la Préfète de la Somme Muriel Nguyen, celui des “problèmes de sécurité publique posée par la présence de cette population de blaireaux et les risques d’accidentologie qui y sont liés”

En d’autres termes : parce que les blaireaux traversent la route et provoquent des collisions, il faudrait les tuer avant qu’ils ne s’engagent sur les voies, directement au terrier… Imaginez les conséquences si on extrapolait cette ingénieuse logique à toute la faune susceptible de traverser les routes : épargnera-t-on au moins ceux qui sont à la recherche d’un emploi ?

Notre communication arrive tard, mais il vous reste quelques heures (jusqu’à 23h59 ce lundi 6 mai) pour participer à la consultation publique et émettre un avis négatif à ce projet d’arrêté en écrivant à ddtm-sel@somme.gouv.fr !

Pour vous aider à rédiger votre texte de désapprobation, vous pouvez vous inspirer par ailleurs de ces quelques arguments :

Une espèce fragile dont on ne connaît pas les populations
Aucune donnée scientifique précise relative à la population de blaireaux n’est fournie, et les recensements de terriers, lorsqu’ils ont lieu, ne distinguent pas terriers principaux et secondaires, ce qui augmente artificiellement les effectifs estimés.

Un véritable acharnement !
L’espèce, par ailleurs chassable jusqu’à fin février, subit déjà une forte pression de régulation par des déterrages barbares et acharnés, qui peuvent avoir lieu du 15 mai au 15 janvier, ce qui ne lui laisse que 2 mois et demi de répit. De plus, de nombreux individus sont retrouvés tués par le trafic routier. Ce projet d’arrêté vient ajouter de nouvelles causes de mortalité pour cette espèce.

Des dégâts faibles et évitables
Les informations concernant les dégâts causés par les blaireaux ne sont pas précises. Les dégâts agricoles imputés à cette espèce sont très localisés (essentiellement en lisière de forêt), et sont souvent confondus avec les dégâts, autrement plus importants, provoqués par les sangliers. Ils peuvent être évités par des mesures de protection des cultures ou d’effarouchement, comme l’installation d’un fil électrique ou l’utilisation d’un produit répulsif.

Une espèce protégée ailleurs en Europe
Cette décision porte une atteinte supplémentaire à une espèce pourtant garante d’une biodiversité riche et d’une nature préservée. Elle est protégée chez nos voisins anglais, belges et néerlandais, et fait l’objet d’une attention particulière par la Convention de Berne, qui interdit le recours aux sources lumineuses. La France a d’ailleurs été récemment sommée de n’autoriser cet instrument que de manière très restrictive.

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]