Grippe aviaire : les chasseurs privés de lâchers de faisans !

Grippe aviaire : les chasseurs privés de lâchers de faisans !

La consigne vient du Ministère de l’Agriculture, dans un communiqué publié le 25 octobre 2020 et relayé par de nombreux médias*, suite à la découverte de deux cygnes tuberculés infectés au virus H5N8 aux Pays-Bas, le 20 octobre.

Faisan d’élevage fraîchement relâché (dans l’Eure, en 2018), comme en témoigne son collier de plastique orange que les chasseurs n’ont même pas pris la peine d’ôter…

A ce jour, la France est officiellement indemne de la grippe aviaire, mais cette découverte dans un pays voisin en période de migration des oiseaux est suffisamment préoccupante pour que le risque d’importation passe de “négligeable” à “modéré”, et entraîne de ce fait de nouvelles mesures de prévention chez les éleveurs de volaille… et de “gibiers à plumes”.

Ces mesures, en vigueur depuis le 25 octobre, concernent « les communes situées dans des zones dites à risque particulier (ZRP), c’est-à-dire abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs”. Pour les chasseurs, cela se traduit dans les zones concernées par une interdiction de “rassemblement d’oiseaux”,  de “transports et lâchers de gibiers à plumes” et “d’utilisation d’appelants” (c’est-à-dire des oiseaux captifs utilisés pour attirer d’autres oiseaux de la même espèce dans le but de les plomber).

Le retour possible de ce virus en pleine pandémie du Covid 19 serait évidemment catastrophique… Mais voyons le “bon” côté des choses : la communication édulcorée et mensongère des chasseurs “premiers écologistes de France”, “protecteurs de la biodiversité” et “indispensables régulateurs de la faune sauvage” en prend en sérieux coup avec la mise en lumière de ces pratiques difficilement justifiables…

Rappelons en effet que 19 millions de faisans, 5 millions de perdrix et 1 million de canards colvert sont élevés chaque année en France pour le seul loisir de la chasse !

L’enquête de l’ASPAS à ce sujet :

> Pour en savoir plus et signez la pétition, c’est ici 

* Lire par exemple cet article du journal “Le Monde” 

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]