Corrèze : pression des chasseurs pour tuer… 3 chamois !

Corrèze : pression des chasseurs pour tuer… 3 chamois !

Les chasseurs ont décidé qu’il y avait (déjà) trop de chamois en Corrèze. Ou plutôt : ils estiment qu’il y en a maintenant suffisamment pour qu’ils puissent commencer à prendre du plaisir en leur tirant dessus… Le droit à la contemplation, lui, est ainsi bafoué par une minorité de gens armés ! Vous pouvez vous opposer à ce projet d’arrêté en participant à la consultation publique avant le 11 mai.

En 2020 déjà, les chasseurs avaient demandé à pouvoir tuer 2 individus, ce que l’ASPAS s’était empressé de dénoncer (lire à ce propos l’interview de notre porte-parole Marc Giraud pour France 3). Un particulier a même lancé une pétition qui a rassemblé plus de 59 000 signatures ! Arrivés depuis le Cantal voisin, où ils avaient été réintroduits par les chasseurs, quelques dizaines d’individus sont désormais discrètement installés en Corrèze où ils ne font de mal à personne.

De fait, le chamois n’est responsable d’aucun dégât notable, surtout avec des effectifs aussi dérisoires ! Loin d’un quelconque besoin de régulation qui serait basé sur des critères scientifiques, cette ouverture de la chasse aux chamois en Corrèze n’est autre qu’une façon de récompenser quelques férus de la gâchette, qui s’octroient très égoïstement un droit de vie et de mort sur les animaux sauvages avec le soutien des préfets !

Il faut toujours avoir en tête que quand les chasseurs effectuent des réintroductions d’animaux (faisans, lièvres, chamois, mouflons…), c’est uniquement dans le but de pouvoir leur tirer dessus, que ce soit demain, dans un an ou dans 15 ans…

Dites NON à la chasse des chamois !

Pour vous opposer au projet d’arrêté de la préfecture de Corrèze, qui prévoit d’autoriser l’abattage d’un maximum de 3 chamois pendant la saison de chasse 2021-2022, participez à la consultation publique avant le 11 mai 2021 ! Pour cela, envoyez un e-mail argumenté à pref-environnement@correze.gouv.fr

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]