Une population d’ours qui augmente… et des dégâts qui baissent

Une population d’ours qui augmente… et des dégâts qui baissent

Malgré 3 ours adultes tués par l’humain, la population ursine continue de croître dans les Pyrénées, avec pas moins de 64 individus différents détectés en 2020, dont 16 oursons (un record !). C’est l’un des enseignements clés du rapport annuel 2020 du réseau Ours brun, rendu public fin mars par l’OFB.


Même si on est encore loin du seuil de viabilité de l’espèce, ces données sont une nouvelle encourageante pour toute la faune et la flore de la chaîne des Pyrénées. En tant qu’espèce « clé de voûte », au sommet de la chaîne alimentaire, l’ours joue en effet un rôle primordial dans les écosystèmes : non seulement, par ses prédations, il facilite l’accès à la nourriture pour d’autres espèces (avec des charognes qui profitent aux loups, renards, mustélidés, sangliers, oiseaux, insectes…), mais en tant qu’espèce mobile et omnivore (son régime est composé à 75 % de végétaux et de champignons), il favorise aussi la dissémination des graines et des spores sur un territoire très vaste (estimé à 8 200 km2, dans les Pyrénées, en 2020).

 

Si les ours s’en prennent parfois aux troupeaux domestiques, il suffit de se référer aux données fournies par les scientifiques pour comprendre que les dégâts sont en réalité assez anecdotiques au regard de l’équation bénéfices pour la biodiversité / risques pour l’élevage. D’autant plus que le nombre d’attaques pourrait être encore plus faible si les mesures de protection étaient appliquées de manière plus systématique, surtout côté français ! En 2020 en France, 369 attaques sur bétail et 5 attaques sur ruchers ont été recensées (contre 349 et 13, respectivement, en 2019), alors que l’Espagne n’en dénombre que 48…  

Dernières actualités

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]

26.03.2024

La préfète du Rhône veut autoriser le déterrage de blaireaux dès le 15 mai !

Sous la pression des chasseurs du département du Rhône, la préfecture entend autoriser une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux la saison prochaine, du 15 mai au 15 août 2025… Soyons nombreux à dire NON à ce projet d’arrêté en participant à la consultation publique jusqu’au 4 avril !  Le projet d’arrêté est […]

21.03.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Ce samedi 23 mars, c’est la Journée mondiale des ours ! L’occasion pour l’ASPAS de faire un focus sur l’ours brun et de rappeler nos actions en faveur du grand plantigrade en France. Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup […]