Chasse en enclos (2/3) : l’importation, l’évasion et les risques sanitaires

Chasse en enclos (2/3) : l’importation, l’évasion et les risques sanitaires

Dans les parcs et enclos de chasse, l’importation d’animaux élevés dans d’autres pays européens est autorisée. Très peu contrôlés, ces animaux augmentent la capacité de propagation des maladies contagieuses et présentent des risques sanitaires jugés importants par les autorités. L’évasion d’ongulés détenus dans les parcs et enclos de chasse est un phénomène répandu et récurrent.

Selon l’ONCFS, « l’état de la clôture est considéré comme douteux ou non étanche (…) pour 10% de al totalité des structures ». Entre 2006 et 2008, « il a été noté 3 648 animaux échappés de 434 structures ». Ces évasions peuvent avoir des conséquences sanitaires, et sont fortement suspectées d’être à l’origine de l’introduction de la brucellose chez les sangliers en France.

Des espèces « exotiques »  s’échappent également et peuvent générer des problèmes écologiques. Comme le cerf Sika, d’origine asiatique, qui peut s’hybrider avec le cerf élaphe et polluer génétiquement cette espèce européenne.

Le 5 février 2020, l’ASPAS a rendez-vous au ministère de l’Ecologie. Nous avons besoin de vous pour appuyer notre demande !

Signez et diffusez au maximum le lien de la pétition : aspas-nature.org/chasse-enclos

SIGNER LA PÉTITION

 

Carnage derrière le grillage

Méconnue, la chasse d’animaux en captivité n’est pas anecdotique puisqu’elle concerne environ 1 300 parcs et enclos qui détiennent au total 50 000 à 100 000 animaux : cerfs, chevreuils, mouflons, daims, etc.

> Notre enquête en infiltration
> Le dépliant de sensibilisation (PDF) à diffuser massivement
> Toutes nos vidéos sur la chasse en enclos

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]