Chasse en enclos (2/3) : l’importation, l’évasion et les risques sanitaires

Chasse en enclos (2/3) : l’importation, l’évasion et les risques sanitaires

Dans les parcs et enclos de chasse, l’importation d’animaux élevés dans d’autres pays européens est autorisée. Très peu contrôlés, ces animaux augmentent la capacité de propagation des maladies contagieuses et présentent des risques sanitaires jugés importants par les autorités. L’évasion d’ongulés détenus dans les parcs et enclos de chasse est un phénomène répandu et récurrent.

Selon l’ONCFS, « l’état de la clôture est considéré comme douteux ou non étanche (…) pour 10% de al totalité des structures ». Entre 2006 et 2008, « il a été noté 3 648 animaux échappés de 434 structures ». Ces évasions peuvent avoir des conséquences sanitaires, et sont fortement suspectées d’être à l’origine de l’introduction de la brucellose chez les sangliers en France.

Des espèces « exotiques »  s’échappent également et peuvent générer des problèmes écologiques. Comme le cerf Sika, d’origine asiatique, qui peut s’hybrider avec le cerf élaphe et polluer génétiquement cette espèce européenne.

Le 5 février 2020, l’ASPAS a rendez-vous au ministère de l’Ecologie. Nous avons besoin de vous pour appuyer notre demande !

Signez et diffusez au maximum le lien de la pétition : aspas-nature.org/chasse-enclos

SIGNER LA PÉTITION

 

Carnage derrière le grillage

Méconnue, la chasse d’animaux en captivité n’est pas anecdotique puisqu’elle concerne environ 1 300 parcs et enclos qui détiennent au total 50 000 à 100 000 animaux : cerfs, chevreuils, mouflons, daims, etc.

> Notre enquête en infiltration
> Le dépliant de sensibilisation (PDF) à diffuser massivement
> Toutes nos vidéos sur la chasse en enclos

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]