La chasse à courre, loisir sanguinaire d’un autre temps

La chasse à courre, loisir sanguinaire d’un autre temps

Interdite en Allemagne, en Belgique ou encore au Royaume-Uni, la chasse à courre est une pratique qui consiste à traquer, à l’aide d’une meute de chiens, un animal sauvage (cerf, chevreuil, renard…), jusqu’à l’épuisement, avant de le « servir » à l’arme blanche (= le tuer).

Le corps de l’animal est jeté aux chiens, sa tête est conservée comme trophée, et ses pattes coupées et offertes à des invités méritants. Ce divertissement, hérité de l’Ancien Régime, est autorisé en France du 15 septembre au 31 mars par l’article L. 424-4 du Code de l’environnement.

Des incidents à répétition

En plus d’être particulièrement cruelle et barbare, cette chasse traditionnelle provoque chaque année de nombreux accidents et incidents avec les riverains qui habitent aux abords des grands massifs forestiers où se pratique essentiellement cette chasse (Fontainebleau, Rambouillet, Compiègne, Brocéliande…) : chiens qui divaguent sur les routes ou les voies ferrées, collisions routières, violations de domiciles, cerfs qui se réfugient dans les jardins…

 

 

Alors que de plus en plus de Français sont sensibilisés aux horreurs des veneurs, on note aussi de plus en plus d’intimidations et de violences contre les militants pacifistes qui suivent les chasses pour les documenter (en photos et vidéos), et les partager sur les réseaux sociaux.

 

 

Chaque année, le collectif de citoyens AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) recense sur son site les accidents et incidents provoqués par la chasse à courre.

Pour l’abolition de la chasse à courre !

Un sondage IFOP commandé par la Fondation Brigitte Bardot confirme l’attente des Français : vous êtes 84 % à être opposés à la chasse à courre.

 

 

Il est grand temps d’abolir cette chasse moyenâgeuse ! Depuis 2005, au moins 7 propositions de loi ont été déposées à l’Assemblée nationale ou au Sénat pour faire interdire la vénerie. La plus récente, portée par le député Bastien Lachaud et enregistrée le 31 janvier 2018, a été cosignée par 19 députés issus de différents groupes parlementaires.

 

 

Lorsqu’il était ministre de l’Ecologie, Nicolas Hulot déclarait qu’il « faudrait ouvrir un débat de société sur ce type de pratique de chasse qui interroge de plus en plus l’opinion publique », mais dans une interview accordée à l’Obs peu après, il avouait que la France n’était pas mûre pour une interdiction de la vénerie… Recadrage ?

 

 

François de Rugy, lui, fut cosignataire d’une proposition de loi visant à abolir la chasse à courre, déposée en 2013. Une fois ministre pourtant, il n’a rien fait pour la faire interdire ; seul un arrêté, datant du 1er mars 2019, a permis une petite avancée en ce qu’il oblige désormais les veneurs à gracier un animal qui trouve refuge habitée ou commerciale. Une modification de la loi qui a fait suite au tollé provoqué par l’histoire du cerf abattu dans un jardin privé, sous les yeux des habitants, par l’équipage la Futaie des Amis et son maître d’équipage Alain Drach.

 

 

Barbara Pompili, elle, a été aux abonnée absents sur la problématique de la chasse à courre depuis sa prise de poste…

Le lobby chasse en embuscade…

Les propositions de loi visant à faire profondément évoluer la chasse ne font qu’entendre et porter la voix des Français. Toutefois, elles n’ont que peu de chance d’aboutir… Le lobby des chasseurs très bien représenté jusqu’à maintenant à l’Assemblée nationale a fait son œuvre. Le Sénat lui aussi compte toujours d’éminents chasseurs, comme son président, Gérard Larcher.

 

 

Alain Bombard s’y était déjà cassé les dents, avec sa tentative avortée d’abolir ce « privilège moyenâgeux » dès 1981, ce qui lui a d’ailleurs coûté son poste de secrétaire d’État à l’Environnement… Depuis, aucune initiative parlementaire, de tout bord, n’est parvenue à interdire la vénerie.

 

 

En effet aucune des propositions de loi n’ont jamais été inscrites à l’ordre du jour, donc jamais discutées ! Les groupes d’opposition ont rarement plus d’une journée par an pour inscrire des textes à l’ordre du jour…

 

 

Quand il s’agit de défendre la chasse, en revanche, curieusement des temps de débat sont tout trouvés : la proposition du Sénat d’instaurer un “délit d’entrave à la chasse” avait ainsi provoqué une véritable onde de choc, courant 2019, lors de l’examen en première lecture de la loi portant sur la création de l’Office français de la biodiversité ! Un amendement qui n’a heureusement pas été retenu dans le texte final. Mais qui risque d’être repris dans le cadre d’une future loi… A suivre !

 

© Photo : AVA Poitou

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]