Piégeage des martres : L’ASPAS et LNE calment le jeu

Martre-110Saisi par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et Limousin Nature Environnement (LNE), le Tribunal administratif de Limoges a annulé par décision du 28 janvier 2016 l’arrêté du préfet de la Corrèze du 19 juillet 2013, et ainsi limité le piégeage de la martre dans ce département. Bien que cette espèce y soit malheureusement toujours classée « nuisible », grâce à ce jugement, elle ne pourra plus être piégée n’importe où.

En effet, l’arrêté ministériel du 2 août 2012, repris par le récent arrêté du 30 juin 2015, prévoit que, dans les départements où elle est classée « nuisible », la martre peut être piégée « sur les territoires désignés dans le schéma départemental de gestion cynégétique où sont conduites des actions visant à la conservation et à la restauration des populations de faune sauvage et nécessitant la régulation des prédateurs ».

martre.B.AlliezL’arrêté du Préfet fait suite à la demande des chasseurs, qui trouvent insupportable de voir les prédateurs naturels croquer leur gibier tout juste sorti d’élevage. Permettre le massacre de ces prédateurs naturels dans le but de favoriser l’activité cynégétique est déjà en soi révoltant. Mais cela n’a pas suffi au préfet de la Corrèze : par un tour de passe-passe peu subtil, il n’a apparemment autorisé le piégeage de la martre « que » sur les territoires où le nombre de jours de chasse du lièvre est limité. Or, cette chasse est limitée sur l’ensemble du territoire du département ! Conclusion : la martre pouvait d’après lui être piégée en tout point de la Corrèze.

Le juge administratif a considéré que le préfet, pas plus que la Fédération départementale des chasseurs du département, venue apporter son soutien aux ardeurs réglementaires préfectorales, n’ont démontré que la régulation de la martre était nécessaire à la conservation et la restauration des espèces de petit gibier.

Désormais, la martre souffre toujours de ce triste statut d’espèce « nuisible » en Corrèze, mais son piégeage restera restreint aux abords des activités sensibles. Un moindre mal, mais nous restons vigilants…

logos

email

Les commentaires sont fermés.