Contre les mensonges du préfet, agissez pour les bouquetins du Bargy !

bouquetin-110Le préfet de la Haute-Savoie a ordonné l’abattage de plus de 200 bouquetins sur le Bargy cet automne. Cette décision a été contestée par les associations de protection de la nature devant la justice, l’audience se tiendra le 19 octobre prochain. Malgré des opérations d’abattage intervenues le 8 octobre, il semble que les futures opérations soient suspendues jusqu’à la date du référé. Les bouquetins du Bargy ont donc un court moment de répit qu’il faut mettre à profit. Il convient plus que jamais de rester prudent et de maintenir voire renforcer la pression :

Pourquoi agir

Parce qu’on ne peut pas faire confiance au Préfet de Haute-Savoie. Son objectif est d’éliminer tous les bouquetins du massif du Bargy. Il procède par étapes. Si quelques-uns échappent au massacre en se réfugiant dans d’autres massifs -comme les Aravis où un bouquetin marqué dans le Bargy a été récemment photographié par une randonneuse- il est capable de vouloir « nettoyer » toutes les Alpes. Et la persécution des renards accusés de véhiculer la rage… ça ne vous rappelle rien ?

Parce ce que ce Préfet n’écoute pas les experts : comme il refusait de demander une étude sérieuse à l’Anses, nos associations ont dû le faire à sa place. Comme les conclusions de l’étude ne vont pas dans son sens, il s’assoit dessus en retenant un scénario pourtant critiqué comme inefficace et plus risqué par les experts. Il a publié son dernier arrêté d’abattage en visant l’avis du CNPN avant même que celui-ci… n’émette son avis daté du lendemain !

bouquetin23-R.CollangeParce que ce Préfet a déjà menti à plusieurs reprises :
– Menti pour obtenir un avis favorable du Conseil national de protection de la nature lorsqu’il a affirmé qu’il ne ferait tuer que les bouquetins malades en 2013. La confiance des experts a été trompée puisque tous les bouquetins ont été tués sans vérification de contamination.
– Menti lorsqu’il a encore récemment expliqué à la presse qu’il n’y avait pas de risque de dispersion des bouquetins qui auraient échappé au massacre.
– Menti en affirmant que 75 bouquetins réputés sains, marqués, constitueront le noyau sain de demain : ils ont été relâchés dans un milieu contaminé !
– Menti en affirmant que les bouquetins seront réintroduits : aucun budget n’est prévu. En Chartreuse le coût de l’introduction de 30 animaux approche les 400.000 €.
– Menti lorsqu’il a indiqué dans un communiqué de presse qu’un « activiste avait fourni des renseignements précieux… » Dans les faits, cet observateur fait partie des observateurs pacifiques, interpelés, menottés et dont le sac a été fouillé.
– Menti en faisant croire à des risques élevés pour les populations et la filière agricole, quand l’ANSES les qualifie de quasi nuls.

Parce que ce Préfet n’attend même pas les décisions de justice : connaissant la date de l’audience de l’examen de la demande de référé suspensif par le tribunal administratif, le 19 octobre, il a quand même ordonné les tirs seulement 10 jours avant.

Parce que, dans l’immédiat, le tribunal administratif peut, au mieux, suspendre la décision, mais ne va pas l’annuler : le Tribunal administratif saisi par nos associations va seulement se prononcer, au regard de l’urgence, sur la suspension de l’arrêté litigieux attendant le jugement au fond qui décidera s’il doit être ou non annulé.

Simple coïncidence ou pas, on rappellera enfin que Georges-François Leclerc était Directeur de Cabinet de la Ministre Roselyne Bachelot lors du scandale de l’achat en juillet 2009 de 94 millions de vaccins contre le risque de pandémie de grippe A qui a nécessité le remboursement de 48 millions aux laboratoires.

Quel que soit le résultat du référé le 19 octobre, il convient sans plus tarder de dénoncer la gestion calamiteuse de ce dossier. Dès l’origine, le Préfet avait décidé d’une méthode radicale, jamais démentie par les ministres en charge de l’écologie et de l’agriculture.

Le Préfet met en avant l’image de la France ? Mais c’est lui qui est en train de ternir l’image de la France en dédaignant l’avis de la communauté scientifique !

Comment agir

Témoignez votre indignation ! Pour faire cesser ce massacre inutile :

interpellez la préfecture 74 via son site : ICI
écrivez directement au Préfet de Haute-Savoie :
pref-secretaire-prefet@haute-savoie.gouv.fr
envoyez copie de votre message à la Ministre en charge de l’Écologie :
segolene.royal@developpement-durable.gouv.fr

Merci pour les bouquetins !

email

Les commentaires sont fermés.