Pour un renforcement des populations de lynx dans les Vosges !

Pour un renforcement des populations de lynx dans les Vosges !

Collisions routières, braconnage… Le lynx est en danger critique d’extinction dans les Vosges, ce qui lui vaut de figurer sur la liste rouge des mammifères menacés de France métropolitaine. Une situation qui s’est encore empirée depuis l’abattage illégal d’un individu sur la commune de Fellering (Haut-Rhin) à la mi-janvier 2020.

Si l’on s’en tient aux études menées par l’Observatoire des Carnivores Sauvages (OCS) organisme effectuant le suivi de terrain du lynx sur le massif vosgien, toutes les conditions écologiques sont réunies pour accueillir dans les Vosges une population de lynx prospère. Malheureusement, la diversité génétique de la population vosgienne réintroduite est la plus faible d’Europe (Bull et al. 2016, Conservation Genetics) et affecte donc fortement sa viabilité à court terme.

Les scientifiques s’accordent pour dire que seule une politique active de réintroductions de lynx dans le massif des Vosges permettra à l’espèce de prospérer. Or, pour des raisons politiques, partisanes et arbitraires, ce champ d’action est totalement absent des quelque 259 pages du Plan régional d’actions Lynx du massif des Vosges (PRA), qui est actuellement soumis à consultation publique.

Jusqu’au 11 février 2020, vous pouvez réagir à ce Plan en envoyant vos commentaires à consultation-publique-especes.dreal-grand-est@developpement-durable.gouv.fr

Attention : bien veiller à indiquer dans l’objet du mail “PRA Lynx”pour qu’il soit bien pris en compte !

L’ASPAS rejoint la position de l’OCS, qui préconise, d’une part, le remplacement au double de chaque lynx détruit illégalement (idéalement 2 femelles dans le cas présent), et d’autre part le renforcement rapide de la population résiduelle des Vosges par le lâcher de quelques individus femelles. 

Il est impératif que ces deux actions soient explicitement mentionnées dans le PRA Lynx, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Merci d’avance à toutes et à tous pour votre participation !

A lire aussi

 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]