Chasse du sanglier en mars : l’ASPAS attaque le décret

Chasse du sanglier en mars : l’ASPAS attaque le décret

Malgré notre appel à participer à la consultation publique (notre communiqué a été vu par près de 30 000 personnes), les chasseurs et les agriculteurs se sont aussi fortement mobilisés, et il s’avère que 56% des participants se sont prononcés en faveur de ce projet de décret (lire la synthèse des avis).


On notera l’ironie et l’extrême brièveté de la communication officielle de l’Etat qui, comme s’il tenait toujours compte de l’avis des citoyens, justifie sa décision de la sorte : « Suite à cette consultation du public, il a été décidé de maintenir le projet d’arrêté en l’état »…


C’est tout de suite plus simple, forcément, quand l’opinion publique va dans le sens du gouvernement ! On ne citera pas ici les centaines de textes adoptés sans le consentement des citoyens, rappelons juste au bon souvenir du Ministère de la Transition écologique et solidaire l’un des plus emblématiques : celui renouvelant pour 3 ans la liste des « espèces susceptibles d’occasion des dégâts » en juillet dernier (53 853 participations dont 65 % contre le texte !).


Ces consultations publiques, si elles n’influencent pas ou très peu la décision finale, permettent surtout d’alerter la population sur le pouvoir du lobby chasse en France et sur des prises de décisions qui n’ont souvent pas de légitimité scientifique et écologique.


Pour le décret du 29 janvier 2020 prolongeant la chasse aux sangliers jusqu’au 31 mars, l’ASPAS  a engagé un recours en annulation devant le conseil d’Etat. Nous avons choisi d’axer notre argumentaire sur celui de la sécurité (risques pour les promeneurs, les sportifs et autres usagers de la nature), sur le risque de dérangement de toute la faune en période de reproduction, ainsi que sur la gestion hasardeuse des chasseurs pour contenir les populations de sangliers.

Nous remercions à nouveau ici tous les participants qui ont bien voulu jouer le jeu de la consultation publique ! 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]