Pour Willy Schraen, les parcs de chasse sont des centres de formation pour tueurs de sangliers !

Pour Willy Schraen, les parcs de chasse sont des centres de formation pour tueurs de sangliers !

Les parcs de chasse ? « Je suis passé par là » dit Willy Schraen, dans une interview sur Facebook accordée à l’association « Les amis des chemins de Sologne » le 3 mars 2021.

Selon le patron des chasseurs de France, ces lieux ont une « vraie fonction de formation », surtout pour un « jeune chasseur de petit gibier du Pas-de-Calais qui n’a jamais vu un sanglier courir de sa vie »

Autrement dit : c’est super d’élever des sangliers pour les relâcher dans ces lieux fermés, car cela permet de comprendre comment manier des armes et s’entraîner à mieux les tuer !

Quant aux enclos de chasse commerciaux (qui se distinguent des parcs en ce que la chasse y est possible toute l’année) qui proposent aux clients, en plus du choix des trophées, le gîte et le couvert, Willy Schraen les défend avec la même poigne : « s’il y a des gens qui veulent tuer un sanglier d’élevage dans une chasse commerciale, partir avec un morceau de sanglier à la maison pour le manger, ça ne me pose aucun problème ». 

C’est donc cela, la réponse tant attendue par l’ASPAS à sa lettre envoyée au président de la Fédération Nationale des Chasseurs le 28 janvier dernier, pour l’exhorter à prendre position sur ces pratiques cruelles et contraires à toute éthique ?…

Plutôt que de répondre à une association de protection de la nature, Willy Schraen a préféré répondre à une association qui vise indirectement à terme, à travers sa lutte contre l’engrillagement des grandes propriétés solognotes, à redonner aux chasseurs de nouveaux territoires de chasse et de nouveaux animaux à tuer.

Le « en même temps » spécial Willy

Willy Schraen est contre l’engrillagement, en invoquant les problèmes de « continuum écologique » et de « brassage génétique des animaux », mais en même temps il met en garde contre des propositions de loi qui commencent à voir le jour et qui visent à interdire tous les parcs et enclos de chasse de France !

En réalité, ce dont a peur Willy, c’est sans doute de se voir infliger une nouvelle défaite cynégétique : après la suspension de la chasse à la glu, l’interdiction de la chasse aux oies migratrices en mars, la scission survenue entre chasseurs pendant le confinement d’automne, l’interdiction de ces safaris de la mort serait pour le patron des chasseurs de France une avancée pour le bien-être animal difficile à avaler, lui qui a visiblement quelques ambitions politiques à l’approche de 2022…

Carnage derrière le grillage : STOP à la chasse en enclos ! 

En septembre 2019, l’ASPAS a dévoilé une enquête exclusive avec des images tournées en caméra-cachée dans un parc de chasse à sangliers en Nouvelle-Aquitaine : les pratiques des chasseurs sont insupportables. Plus de 53 000 citoyens ont déjà signé la pétition en ligne pour demander l’interdiction de la chasse sur des animaux en captivité.

Méconnue, cette pratique n’est pas anecdotique puisqu’elle concerne environ 1 300 parcs et enclos qui détiennent au total 50 000 à 100 000 animaux : cerfs, chevreuils, mouflons, daims, etc.

> Notre enquête complète en infiltration
> Le dépliant de sensibilisation (PDF) à diffuser massivement
> Toutes nos vidéos sur la chasse en enclos
> La lettre de l’ASPAS à Willy Schraen

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]