Les chiens de Nicolas Vanier ont encore tué des brebis !

Les chiens de Nicolas Vanier ont encore tué des brebis !

chienCela fait plusieurs dizaines de brebis au total, dévorées uniquement par les chiens du cinéaste pipole Nicolas Vanier. Et cela montre à quel point le problème des chiens divagants, largement sous-estimé dans le dossier du loup, est grave pour les éleveurs. Les animaux sauvages ont bon dos…

Ce nouvel incident s’est déroulé le 3 juin dernier, près du camp de Nicolas Vanier dans le Vercors (Drôme), dont les chiens ont encore fait 9 victimes. En juin 2012, 6 brebis et 5 agneaux avaient été tués par 2 chiens de traîneau fugitifs appartenant à Nicolas Vanier. L’éleveur, découvrant le carnage, avait abattu les chiens dans la bergerie même. En décembre 2013, 2 chiens s’échappaient à nouveau du camp de Vanier. Leur fugue s’était soldée par le massacre de 2 brebis et plusieurs autres blessées, toujours dans cette même bergerie du Vercors. À chaque fois, des promesses avaient été faites. Mais cela n’a visiblement pas suffi.

gresse_1Dans le département des Alpes de Haute-Provence, sur les 27 dernières attaques sur des troupeaux, la responsabilité du loup n’a été écartée que 11 fois, suite à des constats dressés par des experts. Et lorsque dans 80% des cas, l’expertise ne détermine pas avec certitude le responsable de la prédation, alors, au bénéfice du doute, l’attaque est systématiquement imputée au loup. Cela permet alors aux éleveurs d’être indemnisés, mais fait remonter de façon très importante les statistiques de dégâts de loups. En découlent alors les conséquences financières que cela implique, avec les décisions de tirs de loups inadmissibles, délivrées par les préfets. Il est temps de rappeler que les chiens divagants font bien plus de dégâts que les loups, et que 500 000 brebis de réforme sont abattues et brûlées chaque année, chiffre sans commune mesure avec les dégâts des loups.

Enfin, l’ASPAS rappelle que les troupeaux victimes d’attaques ne sont généralement pas suffisamment protégés comme la loi l’exige.

 

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

08.11.2022

10 victoires contre le déterrage des blaireaux

Depuis le début de l’année 2022, sur les 11 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 10 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Dernière […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]