Exprimez-vous contre l’effarouchement de vautours fauves en Savoie !

Exprimez-vous contre l’effarouchement de vautours fauves en Savoie !

vautours-110Le préfet de la Savoie soumet à la consultation du public un projet d’arrêté autorisant des opérations d’effarouchement des vautours fauves situés à proximité des troupeaux en estive. Le projet d’arrêté est consultable ICI. Le rapport de présentation (très instructif) est consultable ICI. Vous pouvez participer en envoyant votre avis via le formulaire proposé sur ce site internet. Réagissez vite ! La consultation n’est ouverte que jusqu’au 20 juin inclus.


La position de l’ASPAS dont vous pouvez vous inspirer -en tout ou partie- pour votre propre rédaction :

Le vautour fauve, une espèce protégée qui doit le rester
Le vautour fauve est une espèce protégée par les textes nationaux (Arrêté ministériel du 29 octobre 2009) et internationaux (Directive « Oiseaux » du 30 novembre 2009). Or, cette décision risque d’entraîner une escalade des interventions, jusqu’à la possibilité de détruire des vautours fauves, à l’image de ce qui se produit aujourd’hui pour le loup.

IMG_2360Le vautour fauve, un charognard, pas un prédateur
Autoriser ces opérations d’effarouchement revient à reconnaître que le vautour peut s’attaquer à des proies vivantes. Or, ce phénomène de prédation n’a encore jamais été établi par des études scientifiques. Pour des raisons morphologiques qui rendent le vautour inapte à la préhension, les cas d’attaques sur des animaux vivants sont extrêmement rares et ne concernent que des animaux déjà très affaiblis, incapables de se défendre (animaux blessés, mises bas difficiles, etc.) et à côté desquels la présence d’une personne ou une prise en charge particulière est de toute façon nécessaire. Une présence humaine suffit en outre à faire fuir les vautours.

Une perturbation illégale
Cette décision présente des fragilités juridiques, en particulier :

– La perturbation intentionnelle d’une espèce protégée ne peut être autorisée sur le seul fondement d’un risque potentiel de dommages modestes aux activités agricoles. Or aucune attaque avérée de vautours fauves ayant causé des dommages à un troupeau n’a été établie, ni en Savoie, ni ailleurs. Ont seuls été répertoriés en Savoie : un incident sur une génisse en train de vêler (en 2011 et alors que le lien entre la présence des vautours et l’incapacité de la génisse à se lever n’est pas établi) ; des photos de vautours poursuivant une brebis blessée (en 2014) et des « troubles » causés aux troupeaux (en 2014, témoignages sans preuve objective).

– Une telle perturbation ne doit pas compromettre le maintien, dans un état de conservation favorable, des populations de l’espèce dans son aire de répartition naturelle. Or le territoire sur lequel ces tirs peuvent intervenir s’étend sur 42 communes, ce qui met inévitablement en péril les populations de vautours fauves naturellement présents dans ce secteur. Cette perturbation est d’autant plus grave pour ces populations qu’elle intervient en pleine période d’élevage des jeunes (de juin à août).

IMG_2351Une décision ouvertement démagogique
Il ressort nettement du rapport de présentation de cette décision que celle-ci a été adoptée dans l’unique but de calmer l’exaspération des éleveurs qui pourrait « donner lieu à des actions de nature à perturber l’ordre public » et alors que les tirs d’effarouchement ont une « toute relative efficacité ». Encore une fois, l’État espère calmer la colère des éleveurs en autorisant le recours au fusil. Pourtant, tant que l’État laissera croire aux éleveurs que ces mesures sont efficaces, il ne fera qu’aggraver leur colère, à laquelle s’ajoute, à raison, celle des amoureux de la nature.

Vous pouvez vous inspirer de ces éléments, mais un point de vue personnalisé aura plus de poids que plusieurs avis reprenant le même modèle, au mot près.

La faune sauvage et l’ASPAS comptent sur votre mobilisation !
Merci d’avance pour votre participation.

L’équipe de l’ASPAS
Tout dysfonctionnement du site internet n’est pas du fait de l’ASPAS. Nous vous invitons à renouveler ultérieurement votre participation en cas de message d’erreur.

Dernières actualités

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]

18.05.2022

Dites NON aux effarouchements d’ours !

L’ASPAS appelle toutes les personnes favorables à la protection des ours dans les Pyrénées à participer à la consultation publique avant le 19 mai 2022 sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire. Contrairement aux années précédentes, cet arrêté sera sans limitation de durée !  Commencez votre texte par : “Je suis contre l’arrêté autorisant […]